logo

L'information au quotidien pour votre santé

Suivez-nous :

Accueil > Santé > Dermatologie > Erysipèle, comment réagir face à cette infection de peau ?

Erysipèle, comment réagir face à cette infection de peau ? image

Publié le 25/05/2023 | La Rédaction

Dermatologie

Erysipèle, comment réagir face à cette infection de peau ?

Liée à une bactérie, l’érysipèle affecte principalement les jambes et le visage. Causes, symptômes, traitement… zoom sur cette infection de peau qui ne doit pas être prise à la légère.

Également appelée « dermohypodermite bactérienne non nécrosante » (DBNN), l’érysipèle touche le plus souvent les enfants, les personnes de plus de 40 ans, et celles d’une soixantaine d’années. Si dans 85% des cas elle affecte les membres inférieurs, elle peut apparaitre sur le visage dans 10% des cas.

Quoi qu’il en soit, la bactérie (généralement de type streptocoque bêta-hémolytique, plus rarement un staphylocoque doré) pénètre la peau à la faveur d'une plaie mal soignée, une piqure d’insecte (moustique, araignée, tique, etc.), un ulcère, une peau fissurée ou une mycose entre deux orteils… 

Comment le reconnaitre ?

L’érysipèle apparait de manière brutale, sous forme de placard inflammatoire rouge, chaud et douloureux. Il est fréquemment délimité par un bourrelet périphérique.

Il s’accompagne dans 4 cas sur 5 d’une fièvre entre 38 et 39°C avec des frissons.

D’autres symptômes peuvent parfois apparaitre comme des lésions bulleuses, une trainée rouge, signe que les vaisseaux lymphatiques sont enflammés, des ganglions au niveau du pli de l’aine ou dans le cou si le visage est touché.

Que faire ?

Consultez sans attendre votre médecin traitant. Il vous prescrira un antibiotique (Amoxicilline) par voie orale pendant 7 jours et du paracétamol contre la fièvre. En 48-72 heures celle-ci disparait, la douleur diminue, la zone de peau touchée retrouve progressivement son aspect normal et totalement en une à trois semaines.

Il faut également traiter la « porte d’entrée ». Si nécessaire, en fonction des cas, des médicaments anticoagulants en cas de risque thromboembolique élevé (formation de caillots de sang dans les veines profondes), des traitements contre le lymphœdème (gonflement entre la lésion et les ganglions lymphatiques voisins), ou contre l’insuffisance veineuse (bas de contention) sont prescrits.

L’érysipèle doit se prendre en charge correctement et au plus tôt sinon il peut devenir plus difficile à guérir et provoquer des complications parfois graves (infection généralisée et une dermite nécrosante).

Articles recommandés :

Comment traiter le strabisme ? image

14/02/2024

Comment traiter le strabisme ?

Comprendre l’infection respiratoire à Mycoplasma pneumoniae image

05/02/2024

Comprendre l’infection respiratoire à Mycoplasma pneumoniae

Hypotension orthostatique : à quoi est due cette chute de tension artérielle ? image

01/02/2024

Hypotension orthostatique : à quoi est due cette chute de tension artérielle ?

L’hypocondrie, une maladie mentale invalidante image

01/02/2024

L’hypocondrie, une maladie mentale invalidante

Ménopause et acné : comprendre et agir image

24/01/2024

Ménopause et acné : comprendre et agir

Tous les articles