0
Nouvelles missions du pharmacien
Vaccination et grossesse : le rôle du pharmacien évolue !
Vaccination et grossesse : le rôle du pharmacien évolue !

| La Rédaction 366 mots

Vaccination et grossesse : le rôle du pharmacien évolue !

Les missions du pharmacien ne cessent de s’étendre. Il peut désormais proposer un accompagnement spécifique aux femmes enceintes, mais également élargir sa vaccination ! Nous vous apportons des précisions…

À la suite de la signature de la nouvelle convention des pharmaciens datant du 9 mars 2022, de nouvelles mesures sont entrées en vigueur depuis le 7 novembre 2022. Ces dernières permettent notamment au pharmacien de soutenir les femmes tout au long de leur grossesse avec le dispositif intitulé « accompagnement femme enceinte ».

Il comprend un entretien individuel qui consiste à sensibiliser les femmes pendant leur gestation, au danger lié à la prise de médicaments pouvant être nocifs pour leur futur enfant.

De nombreuses grossesses sont en effet interrompues ou des enfants naissent avec des problèmes de santé ou des malformations, en raison d’une prise de médicaments par la mère pendant la grossesse. Cela concerne 2 à 3% des bébés selon une étude européenne mise en avant par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM).

Cet échange permet ainsi d’évoquer les risques de l’automédication (également appelé tératogène) : fausse-couche, malformation fœtale, retard de développement in-utéro, accouchement prématuré, etc.

Cet accompagnement vise également à leur rappeler l’importance d’être à jour dans leur parcours vaccinal et de se faire vacciner ou effectuer leurs rappels si cela s’avère nécessaire.

Il est possible de se faire vacciner pendant la grossesse contre :

- La grippe. L’injection va protéger la future maman et l’enfant à naître durant les mois où il est le plus fragile et pendant lesquels il ne peut pas être lui-même vacciné.

- La covid-19. Il diminue de 15% en moyenne la mort fœtale en cas de contamination de la mère. Il est nécessaire d’effectuer plusieurs rappels car l’effet du vaccin diminue avec le temps et perd en efficacité.

Ces deux injections n’engendrent aucun risque de fausse-couche, de retard de croissance in utero ou de malformation fœtale. Ils ne nécessitent pas de prescription médicale pour en bénéficier.

Les autres vaccins ou rappels (coqueluche, rage, tétanos, etc.) sont quant à eux, à effectuer de préférence avant de tomber enceinte, sauf en cas de réel besoin et seulement après examen approfondi des risques et bénéfices potentiels. Une prescription médicale est obligatoire pour ces derniers, pour pouvoir se faire vacciner en pharmacie.

Mesdames, nous sommes à vos côtés pour vous accompagner au mieux tout au long de votre grossesse. N’hésitez pas à nous solliciter.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription