0
Ophtalmologie
Les différents types de glaucome
Les différents types de glaucome

| La Rédaction 345 mots

Les différents types de glaucome

Le glaucome est une maladie de l'œil responsable de lésions du nerf optique principalement dues à une élévation de la pression interne de l'œil. Zoom sur les formes les plus courantes.

Avec la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), le glaucome est la seconde cause de cécité. Sans symptôme jusqu’à un stade avancé, cette maladie est insidieuse et grave. Si l’hypertonie oculaire est la première étape de la maladie, il n’existe pas un mais des glaucomes.

Le glaucome chronique, à angle ouvert est le plus fréquent (90% des cas). Évoluant très lentement, il atteint les deux yeux de manière asymétrique. Il résulte de l’obstruction progressive du filtre d’évacuation de l’humeur aqueuse, un liquide clair situé dans l'espace entre le cristallin et la cornée. Celui-ci joue un rôle indispensable dans la régulation de la pression intraoculaire. Un des symptômes est la hausse progressive de la pression à l’intérieur de l’œil.

Le glaucome aigu, à angle fermé est plus rare et douloureux. Le passage de l’humeur aqueuse au trabéculum, au niveau de l’angle irido-cornée, se ferme brutalement. La filtration du liquide en dehors de l’œil devient difficile, voire impossible. Un phénomène d’hypertonie, de pression intra-oculaire se produit, altérant le nerf optique. L’œil devient alors douloureux et rouge, associé à des nausées. Un traitement en urgence est nécessaire afin d’éviter la cécité.

Le glaucome à pression normale est rare avec lésion du nerf optique sans hypertension oculaire. Excessivement sensible à la pression intraoculaire, mal nourri par les vaisseaux sanguins qui l’entourent… le nerf optique fragilisé s’abime. Cette forme de glaucome est traitée en réduisant la pression intraoculaire et nécessite la prise en charge de tous les facteurs de risques vasculaires (tension artérielle, diabète).

Le glaucome congénital. Survenant dès la naissance, il peut se détecter tôt. Allongement du globe oculaire, larmoiement, gène importante à la lumière sont les principaux signes évocateurs chez le nourrisson. Les glaucomes infantiles et juvéniles, chez les enfants ou le jeune adulte, sont souvent héréditaires. 

Les glaucomes secondaires résultent d’un traumatisme oculaire, d’une maladie inflammatoire de l’œil, d’un traitement à la cortisone ou encore d’autres facteurs. 

Seuls un suivi régulier chez l’ophtalmologiste, une prise en charge précoce et la mise en place d’un traitement adapté permettent d’éviter d’importantes pertes du champ visuel menant, à terme, à la cécité.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription