logo

L'information au quotidien pour votre santé

Suivez-nous :

Accueil > Famille > Femmes > Comment traiter la pilosité hormonale chez la femme ?

Comment traiter la pilosité hormonale chez la femme ? image

Publié le 17/01/2024 | La Rédaction

Femmes

Comment traiter la pilosité hormonale chez la femme ?

Menton, fesses, poitrine… Les femmes sont parfois sujettes à l’apparition de poils sur des zones inhabituelles et peu esthétiques. Zoom sur les causes et les moyens pour les faire disparaître.

À la naissance, les filles comme les garçons, développent une pilosité plus ou moins prononcée selon le sexe, sous l’effet des hormones androgènes. Chez les filles, elle est généralement peu abondante et se limite principalement aux aisselles, aux jambes et au pubis car ce taux d’hormones est nettement inférieur chez elles que chez les garçons.

Toutefois, en grandissant, elles peuvent être touchées par une hyperpilosité pouvant provenir :

  • D’un dérèglement hormonal ;
  • D’une contraception inadaptée ;
  • D’un dysfonctionnement de la thyroïde ;
  • Du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ;
  • Plus rarement d’une tumeur touchant les glandes surrénales, des ovaires ou de l’hypophyse.

On distingue 2 types d’hyperpilosité chez la femme :

  • L’hypertrichose se caractérise par une forte pilosité dans des zones où elle est déjà présente.
  • L’hirsutisme touche des zones typiquement masculines comme le visage, le torse, le dos, le ventre, les fesses, le devant des cuisses etc… D’autres signes peuvent apparaître comme de l’acné, une perte de cheveux, des troubles des menstruations, une voix rauque.

2 examens sont nécessaires pour poser le diagnostic et de déceler la pathologie induisant une pilosité anormale :

  1. Un bilan hormonal effectué par un prélèvement sanguin. Les taux d’androgènes (hormones masculines) et d’œstrogènes (hormones féminines) sont les premiers indicateurs d’un dérèglement hormonal. D'autres hormones sont également dosées selon la cause recherchée : l’hormone folliculo-stimulante (FSH) et l’hormone lutéinisante (LH).
  2. Une échographie pelvienne et abdominale permet quant à elle, de vérifier la présence d’une éventuelle masse tumorale au niveau des ovaires ou des reins.

Selon l’anomalie décelée, sa prise en charge médicale permettra de réduire le développement pileux.

4 traitements complémentaires possibles :

  1. La prise d’un traitement hormonal oral pour réguler la surproduction ou sous-production des hormones à l’origine de la pilosité ;
  2. Un traitement local avec une crème à base d’eflornithine pour inhiber la pousse en agissant sur l’enzyme de production des poils ;
  3. L’épilation. De préférence à la cire pour éviter la repousse de poils drus ;
  4. Le laser ou la lumière pulsée pour éliminer de façon définitive le développement des poils sur des zones inesthétiques et visibles (menton, dos, derrière des cuisses).

Consultez votre médecin généraliste ou votre gynécologue. Selon votre niveau d’hyperpilosité, il vous orientera vers un endocrinologue pour effectuer les analyses nécessaires et définir le traitement le plus adapté à votre profil.

Articles recommandés :

La pré-éclampsie : une urgence vitale pour la femme enceinte ! image

21/02/2024

La pré-éclampsie : une urgence vitale pour la femme enceinte !

Quel lien entre une poussée dentaire et une bronchite chez les jeunes enfants ? image

07/02/2024

Quel lien entre une poussée dentaire et une bronchite chez les jeunes enfants ?

Post-partum : Pourquoi porter une gaine ? image

04/12/2023

Post-partum : Pourquoi porter une gaine ?

Scarlatine : Quels symptômes ? Quel traitement ? image

01/11/2023

Scarlatine : Quels symptômes ? Quel traitement ?

Santé des femmes, les dépistages recommandés après 40 ans image

18/10/2023

Santé des femmes, les dépistages recommandés après 40 ans

Tous les articles